Tentative d’épuisement d’un lieu parisien

Tentative d’épuisement d’un lieu parisien

Peut-on vraiment parler de balade ici ? Rien n’est moins sûr !

Ce n’est pas véritablement à une promenade parisienne que nous convie Georges Perec avec Tentative d’épuisement d’un lieu parisien puisqu’il s’est posté, trois jours d’affilé, à différents endroits de la place Saint-Sulpice à Paris et a couché sur le papier tout ce qu’il pouvait observer. Exercice de style originale et poétique qui permet de saisir un peu de l’effervescence parisienne.

Pour les intéressés, sachez qu’une adaptation cinématographique a été réalisée par Jean-Christian Riff en 2007. En ce qui nous concerne, c’est parti pour une adaptation photographique qui, je l’espère, vous donnera envie de lire ce texte !

Pas de carte cette fois-ci car, pour retrouver les lieux évoqués, il vous suffira de vous promener aux abords de la place Saint-Sulpice !

Édition utilisée

Pour cette « balade », j’ai utilisé l’édition Christian Bourgois.

1. Perec

1. Place Saint-Sulpice

Il y a beaucoup de choses place Saint-Sulpice, par exemple : une mairie, un hôtel des finances, un commissariat de police, trois cafés dont un fait tabac, un cinéma, une église à laquelle ont travaillé Le Vau, Gittard, Oppenord, Servandoni et Chalgrin et qui est dédié à un aumônier de Clotaire II qui fut évêque de Bourges de 624 à 644 et que l’on fête le 17 janvier […] Un grand nombre, sinon laplupart, de ces choses ont été décrites, inventoriées, photographiées, racontées ou recensées. Mon propos dans les pages qui suivent a plutôt été de décrire le reste : ce que l’on ne note généralement pas, ce qui ne se remarque pas, ce qui n’a pas d’importance : ce qui se passe quand il ne se passe rien, sinon du temps, des gens, des voitures et des nuages.
p. 9-10
2. Perec

2. Rue du Vieux-Colombier

I
La date : 18 octobre 1974
L’heure : 10 h 30
Le lieu : Tabac Saint-Sulpice
Le temps : Froid sec. Ciel gris. Quelques éclaircies.
Esquisse d’un inventaire de quelques-unes des choses strictement visibles : 
[…]
– Des chiffres : 86 (au sommet d’un autobus de la ligne n° 86, surmontant l’indication du lieu où il se rend : Saint-Germain-des-Près),1 (plaque du n° 1 de la rue du Vieux-Colombier), 6 (sur la place indiquant que nous nous trouvons dans le 6e arrondissement de Paris).

p. 10-11

3. Café de la mairie

2
La date : 18 octobre 1974
l’heure : 12 h 40
le lieu : Café de la Mairie
plusieurs dizaines, plusieurs centaines d’actions simultanées, de micro-événements dont chacun implique des postures, des actes moteurs, des dépenses d’énergie spécifiques :
discussions à deux, discussions à trois, discussions à plusieurs : le mouvement des lèvres, les gestes, les mimiques expressives.

p. 15

4. Rue du Vieux-Colombier

3
La date : 18 octobre 1974
L’heure : 15 h 20
Le lieu : Fontaine Saint-Sulpice (café)
[…]
Je suis maintenant à la Fontaine Saint-Sulpice, assis de telle façon que je tourne le dos à la place : les voitures et les gens que mon regard découvre viennent de la place ou s’apprêtent à la traverser (à l’exception de quelques piétons qui peuveunt venir de la rue Bonaparte).
[…]
Un facteur à sacoche
Deux aubergines toniques
Deux frères chiens genre Milou
Un homme à béret genre curé
Une femme en châle
Une grand-mère à landau
Un homme à chapka (c’est le même, il revient)
Un curé à béret (un autre)

p. 26-27

5. Rue Bonaparte

4
La date : 18 octobre 1974
L’heure : 17 h 10
Le lieu : Café de la Mairie
Le kiosque à journaux était fermé ; je n’ai pas trouvé Le Monde ; j’ai accompli un minuscule circuit (rue des Canettes, rue du Four, rue Bonaparte) : belles oisives envahissant des magasins de mode. Rue Bonaparte, j’ai regardé quelques titres de livres soldés, quelques devantures (mobilier ancien ou moderne, livres anciens, dessins et gravures)
Il fait froid, de plus en plus me semble-t-il.

p. 27-28

6. Place Saint-Sulpice

II
5
La date : 19 octobre 1974 (samedi)
L’heure : 10 h 45
Le lieu : Tabac Saint-Sulpice
Le temps : Pluie fine, genre bruine
Passage d’un balayeur de caniveaux
Par rapport à la veille, qu’y a-t-il de changé ? Au premier abord, c’est vraiment pareil. Peut-être le ciel est-il plus nuageux ? Ce serait vraiment du parti pris de dire qu’il y a, par exemple, moins de gens ou moins de voitures. On ne voit pas d’oiseaux. Il y a un chien sur le terre-plein. Au-dessus de l’hôtel Récamier (loin derrière ?) se détache dans le ciel une grue (elle y était hier, mais je ne me souviens plus l’avoir noté). Je ne saurais dire si les gens que l’on voit sont les mêmes qu’hier, si les voitures sont les mêmes qu’hier ?

p. 33

7. Fontaine Saint-Sulpice

6
La date : 19 octobre 1974
L’heure : 12 h 30
Le lieu : Sur un banc en plein soleil, au milieu des pigeons, regardant dans la direction de la fontaine (bruits de la circulation derrière)
Le temps : Le ciel s’est tout à coup dégagé.
Les pigeons sont quasi immobiles. Il est cependant difficile de les dénombrer (200, peut-être) ; plusieurs sont couchés, les pattes repliées. C’est l’heure de leur toilette (avec leur bec, ils s’épluchent le jabot ou les ailes) ; quelques uns se sont perchés sur le rebord de la troisième vasque de la fontaine.

p. 36-37

8. Place Saint-Sulpice

7
La date : 19 octobre 1974
L’heure : 14 heures
Le lieu : Tabac Saint-Sulpice
[…]
Le ciel est gris. Éclaircies éphémères.
Lassitude de la vision : hantise des deux-chevaux vert pomme.
Curiosité inassouvie (ce que je suis venu chercher, le souvenir qui flotte dans ce café…)

Quelle différence y a-t-il entre un conducteur qui se gare du premier coup et un autre (« 90 ») qui n’y parvient qu’au bout de plusieurs minutes de laborieux efforts ? Cela suscite l’éveil, l’ironie, la participation de l’assistance : ne pas voir les seules déchirures, mais le tissu (mais comment voir le tissu si ce sont seulement les déchirures qui le font apparaître : personne ne voit jamais passer les autobus, sauf s’il en attend un, ou s’il attend quelqu’un qui va en descendre, ou si la R.A.T.P. l’appointe pour les dénombrer…)

p. 37-38

9. Perec

9. Place Saint-Sulpice

III
8
La date : 20 octobre 1974 (dimanche)
L’heure : 11 h 30
La lieu : Café de la Mairie
Le temps : À la pluie. Sol mouillé. Éclaircies passagères.
[…]
Projet d’une classification des parapluies selon leurs formes, leurs modes de fonctionnement, leurs couleurs, leurs matériaux…
D’un cabas sort quelque verdure
Passe un 96
Des différences sautent aux yeux : il y a moins d’autobus, il y a peu ou même pas de camions ou de camionnettes de livraisons, les voitures sont le plus souvent particulières ; davantage de gens semblent entrer ou sortir de Saint-Sulpice.
Davantage de différences seraient à mettre sur le compte de la pluie qui n’est pas nécessairement spécifique du dimanche.

p. 44-46

10. Perec FACEBOOK

10. Rue Férou

9
La date : 20 octobre 1974
L’heure : 13 h 05
le lieu : Café de la Mairie
[…]
En ne regardant qu’un seul détail, par exemple la rue Férou, et pendant suffisamment de temps (une à deux minutes), on peut, sans aucune difficulté, s’imaginer que l’on est à Étampes ou à Bourges, ou même quelque part à Vienne (Autriche) où je n’ai d’ailleurs jamais été.
[…]
Il est deux heures moins cinq
Les pigeons sont sur le terre-plein. Ils s’envolent tous en même temps.
Quatre enfants. Un chien. Un petit rayon de soleil. Le 96. Il est deux heures.

p. 48-50



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.